Mon devis 0 Article Articles
Coeur ou cerveau, quel organe est maître de nos sentiments ?

Coeur ou cerveau, quel organe est maître de nos sentiments ?

Publié le : 14/02/2019 10:04:20

Aaaah l’amour… Coups de foudre, coups de coeur…, la force et la magie de l’amour nous semblent bien souvent inexplicables. Pourtant, il se pourrait que l’origine et l’explication de ce sentiment soient parfaitement rationnelles.  

Le cerveau comme chef d’orchestre des sentiments 

Alors que l’on prête bien souvent à notre coeur l’origine et les pouvoirs de l’amour, plusieurs études démontrent que l’amour est en réalité une affaire de neurones.  

Plus exactement, l’activation de 12 aires de notre cerveau seraient nécessaires pour développer et cultiver le sentiment amoureux. Ces différents cortex sécrètent, selon les étapes de la relation, des molécules chimiques euphorisantes qui contribuent à créer et entretenir l’émotion amoureuse. 

La première rencontre

Que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque l’on tombe amoureux/se d’un simple regard ? La vision joue un rôle primordial dans la naissance d’une émotion dans le cerveau. Face à une personne identifiée comme belle et capable de nous procurer du plaisir, le cortex orbifrontal s’anime. Des « souvenirs » se réveillent et notre cerveau pense « reconnaître » l’individu en y voyant des similitudes avec des personnes rencontrées auparavant. Cela active alors le souvenirs des récompenses antérieures et stimule l’insula. L’activation du cortex insulaire nous permet notamment de constater notre état. Palpitations cardiaques, gêne..., l’insula nous permet de réaliser les différentes sensations et émotions que déclenche, en nous, la vision de cette personne. Ainsi, on réalise que nous ne sommes pas indifférent(e) et qu’il/elle nous « fait de l’effet » .   

Les premiers émois, les feux d’une nouvelle relation

Après la première rencontre, place aux premiers émois. C’est souvent aux prémices d’une nouvelle relation amoureuse que les sentiments sont les plus forts et les plus fous. Une passion qui s’explique notamment par la sécrétion de dopamine en forte quantité. Cette hormone du plaisir et de la récompense est notamment créée lorsque nous sommes en compagnie de l’être aimé(e), créant en nous de l’euphorie. Ainsi, un peu comme lors d’une addiction à la drogue, être en présence de notre amoureux/se, nous comble de joie et de plénitude, mais lorsque la personne part, le manque prend le dessus et entraine une baisse de moral.  

Lors des relations sexuelles, on retrouve plus ou moins le même procédé. La dopamine laisse place à la lulibérine et aux endorphines. Ces deux hormones sont sécrétées par les différents stimuli reçu lors des rapports et contribuent à nous combler et à renforcer l’attachement que l’on a envers notre partenaire.  

La durée de la relation : «  L’amour rend aveugle » 

Quand l’amour et la passion des débuts semblent disparaître peu à peu, que reste-t-il qui nous permette d’aimer encore ?  

Après les premières ébullitions, le cerveau commence à « tricher » pour préserver le sentiment amoureux. Certaines zones du cerveau semblent se désactiver, notamment celles liées aux émotions négatives et au jugement de l’autre. Ainsi, les amoureux ne « voient pas » les défauts de l’autre et ne sont pas capable d’éprouver de sentiments négatifs envers l’autre.  

Les hormones telles que l’ocytocine et la vasopressine sont sécrétées et permettent de garder éveiller le sentiment d’attachement et l’amour porté à sa moitié.  

Parce que la vie est précieuse, Medicalem vous invite à continuer d’aimer ceux qui vous entourent et contribuent à votre bonheur quotidien.  

Articles récents

HAL Pediatric : le 1er mannequin de simulation capable de pleurer et de parler
Categories : Mannequins électroniques

HAL Pediatric : le 1er mannequin de simulation capable de pleurer et de parler

Published : 16/05/2019 11:02:20
Fuites de gaz, les prévenir pour éviter les explosions.
Categories : Médecine

Fuites de gaz, les prévenir pour éviter les explosions.

Published : 02/05/2019 10:10:33