Mon devis 0 Article Articles
Femmes de science, ces femmes qui ont marqué l'Histoire

Femmes de science, ces femmes qui ont marqué l'Histoire

Publié le : 11/02/2019 15:23:18

Gerty Theresa Cori, Rosalyn Yallow, Barbara McClintock, Rita Levi-Montalcini… Ces noms ne vous disent peut-être rien, pourtant ces femmes ont marqué l’Histoire de la science, de la physiologie et de la médecine grâce à leurs recherches. Toutes ont lutté, au travers des années, pour que, « malgré » leur statut de femmes, leurs travaux soient pris au sérieux et considérés avec la même application que ceux de leurs confrères masculins.  

A l’occasion de la Journée Internationale des femmes de science, revenons sur le parcours de celles qui n’ont jamais remis en cause leurs intuitions et leurs convictions de chercheuses et qui ont réussi à s’imposer comme des références en matière de sciences et de médecine.  

Nettie Stevens : l’origine des sexes. 

Aux prémices du XXème siècle, Nettie Stevens compte parmi les rares femmes à travailler dans le domaine scientifique et à y faire des recherches. En 1905, ses différentes études portent leur fruit et elle réussit à prouver le rôle du chromosome Y dans la détermination du sexe de l’enfant. 

Gerty Theresa Cori : la catalytique du glycogène. 

Gerty Theresa Cori est une biochimiste américaine. Avec son mari, elle travaille pendant de longues années sur le métabolisme des glucides. En 1947, leur travail sur la régulation de la glycémie est récompensé par l’obtention d’un Prix Nobel de physiologie ou médecine. 

Barbara Mc Clintock : les transposons. 

Scientifique américaine, elle a dédié ses recherches à la cytogénétique c’est à dire à l’étude des chromosomes. Dans les années 1940-1950, elle fait la découverte des transposons : des éléments génétiques composés d’ADN qui sont transposables sur les chromosomes et capables de réplication. Cette découverte lui vaudra en 1983 le Prix Nobel de la Physiologie ou médecine. 

Rosalind Franklin : la structure de l’ADN.

En 1951, Rosalind Franklin a révolutionné la médecine génétique en attribuant à l'ADN une nouvelle structure. Grâce au cliché 51, elle établit une structure de l’ADN en hélices. Une théorie qui vient contredire celle déjà établie par le Dr Wilkins. Ce dernier présentera, à l’insu de Rosalind Franklin, ses travaux à d’autres chimistes avec lesquels il poursuivra les recherches. En 1962, ce sont eux qui reçoivent le Nobel de la médecine pour cette découverte, et non Rosalind Franklin.

Rosalyn Yalow : la radio-immunologie. 

Pendant des années, Rosalyn Talow et Solomon Berson, docteur, étudient la radiothérapie. Dans les années 50 ils mettent au point une méthode de dosage radio-immunologique. En 1977, leurs travaux et recherches sont récompensés par un Prix Nobel. 

Rita Levi-Montalcini : les facteurs de croissance des cellules nerveuses. 

Les recherches neurologiques de Ria Levi-Montalcini sont nées dans un contexte de persécution et de guerre dans les années 39-45. A l’issu de la Seconde Guerre Mondiale, ses recherches et ses travaux s’accélèrent, Rita Levi-Montalcini étudie les nerfs et en 1952, elle réussit à en isoler le facteur de croissance. Pour cet exploit, elle sera récompensée d’un Prix Nobel en 2007, 5 ans avant sa mort. 

Gertrude Elion : le traitement de la leucémie

Biochimiste et pharmacologue, Gertrude Elion a consacré sa carrière à développer des molécules pour lutter contre les infections des agents pathogènes dans les cellules hôtes. Ainsi elle a créé le premier traitement contre la leucémie : le 6-mercaptopurine avant d’établir d’autres traitements contre la goutte, le paludisme…. Parmi ses grandes découvertes il y a également l’azathioprine qui permet de prévenir le rejet lors de transplantations d’organes. Elle a été nommée Prix Nobel en 1988. 

Christiane Nuüsslen Volhard : le développement précoce de l’embryon 

Généticienne australienne, Christiane Nüsslen Volhard a consacré ses études au développement. Elle est à l’origine du contrôle génétique du développement précoce de l’embryon, travail pour lequel, elle et ses partenaires Eric F. Wieschaus et Edward B. Lewis ont reçu le Prix Nobel de la Physiologie ou Médecine en 1995.

Ada E. Yonath : les nouveaux antibiotiques. 

Ada Yonath consacre ses recherches à la cristallographie, une science dédiée à l’analyse des substance cristallines à l’échelle atomique. Plus précisément elle s’est intéressée à la biosynthèse des protéines par l’étude des ribosomes. Ces travaux ont permis de développer de nouveaux antibiotiques. 

En 2009, son travail est récompensé par le Prix Nobel de Chimie. 

En 2008 : Françoise Barré Sinousi : la découverte du VIH. 

Françoise Barré Sinousi est à l’origine d’une des découvertes les plus marquantes du XXIème siècle : le VIH. Cela lui vaudra le Prix Nobel en 2008. Aujourd’hui François Barré Sinousi, consacre sa carrière à trouver un remède contre le sida. Elle est présente dans de nombreuses associations de lutte et de sensibilisation contre la maladie. 

Jennifer Doudna : l’étude génomique CRISPR-Cas9

En collaboration avec Emmanuelle Charpentier, Jennifer Doudna a mi au point la technique d’édition génomique CRISPR-Cas9. Cette découverte pourrait permettre de guérir voire d’éradiquer l’anémie falciforme, la mucoviscidose, la maladie de Huntington ou encore le VIH. 

YouYou Tu : le traitement du paludisme. 

Chercheuse en pharmacie et professionnelle en médecine chinoise, Youyou Tu a vu ses travaux sur le paludisme récompensés par la découverte d’un traitement permettant de guérir la maladie. Ses recherches lui ont permises d’obtenir le Prix Nobel de la physiologie ou médecine en 2015.

Parmi les quelques femmes de science qui ont marqué l’Histoire présentées ici, beaucoup ont reçu un Prix Nobel pour leurs recherches et leurs trouvailles qui ont révolutionné la science et la médecine à travers les siècles. Pourtant, au total elles ne sont au total que 17 à avoir reçu ce prix depuis sa création en 1901. Les femmes ne représentent, en effet, que 3% des lauréats à ce prix.

Ainsi, malgré les progrès parcourus pour apporter de la considération aux travaux scientifiques réalisés par des femmes, les inégalités persistent. Alors qu’elles ont souvent de meilleurs résultats que leurs confrères masculins au début de leurs études, la représentation féminine tend à disparaître au fil des échelons parcourus.

Aujourd’hui de nombreuses campagnes sont menées pour inciter les femmes à poursuivre des carrières scientifiques. 

Articles récents

Sommeil et santé : si on apprenait à mieux dormir pour garder la forme ?
Categories : Médecine

Sommeil et santé : si on apprenait à mieux dormir pour garder la forme ?

Published : 15/03/2019 10:08:51
Koken, 60 ans de simulation, 10 ans de collaboration
Categories : Mannequins électroniques

Koken, 60 ans de simulation, 10 ans de collaboration

Published : 06/03/2019 10:08:50
PROMPT FLEX vous plonge au cœur d'accouchements simples et complexes
Categories : Mannequins électroniques

PROMPT FLEX vous plonge au cœur d'accouchements simples et complexes

Published : 28/02/2019 09:55:12